Le FILM sur la Réparation navale

 

La réparation navale est au port de Marseille ce qu’est notre Bonne mère pour tous les Marseillais : essentielle !

Les travailleurs de la filière maritime l’ont bien compris, lorsque le 10 mars 2009, ils se positionnent solidairement avec les travailleurs de la réparation navale pour lutter contre l’expatriation du savoir faire hors les murs de la cité phocéenne. 503 jours d’occupation, de luttes au jour le jour, de rencontres, de dialogues, de manifestations auront permis au redémarrage d’une filière essentielle au maintien d’une activité industrielle et économique sur le port de Marseille. Ce sont aujourd’hui 110 travailleurs qui œuvrent dans les formes. Des centaines d’autres viennent renforcer les équipes. La réparation navale est debout. Demain, la forme 10 entrera également en service. Là encore une grande victoire pour tous les travailleurs du port qui avec leur syndicat CGT ont toujours défendu cette rouverture.  C’est cette belle histoire ouvrière que nous allons raconter… mais pas que cela.

Une histoire industrielle vieille de 150 ans, où la réparation navale a été le poumon économique de Phocée. Des dizaines de milliers de Marseillais, et des alentours ont travaillé dans ces formes.

Au travers de témoignages, de textes, de photos, de films d’archives et en collaboration avec le syndicat CGT de CNM (Chantier Naval de Marseille), de la CGT réparation navale et de la fédération CGT métallurgie, c’est tout un pan de l’histoire industrielle marseillaise que nous allons faire resurgir. Car paradoxalement, hormis le beau livre de 2002 aux éditions Jeanne Laffitte de Xavier Daumalin, Jean Domenicchino et Olivier Raveux, « la réparation navale » (dans la collection initiée par le Porta Autonome de Marseille, Histoire des Hommes), quasiment rien n’a été dit sur cette grande aventure humaine, ouvrière et industrielle.

Avec ce film, nous espérons réparer l’oubli.

 

Plus belles Les LUTTES                                                                                                                  LE FILM 

 

 

Épisode 234-Air-France

 

 

attention !!!  un épisode peut en cacher un autre

Épisode 233-ENDEL FOS

L'équipe de PBLL s'est rendue ce Jeudi 16 mars à la ZI la Feuillane à Fos-sur-Mer. En effet, les salariés de ENDEL (filiale d'ENGIE), sont en grève depuis hier (Mercredi), avec le soutien de salariés d'Arcelor-Mittal. Ils sont vent debout contre leur direction et les propositions faites pour les NAO 2017. Un gros zéro% pointé... Voilà ce qu'on leur propose.

............... Ambiance ................

les 20 derniers épisodes

❖  Adhésion 2016-2017

 

Cette association est née en 2009, suite à la rencontre de trois copains (Jésus, JiPé et Thierry) qui ont décidé de mettre leur expérience professionnelle (journalisme, monteur, cadreur, réalisateur, ingénieur du son) et leur militantisme, au service du mouvement social et plus particulièrement en direction des luttes qui fleurissaient dans les Bouches-du-Rhône.

 

C’est au bout du 33e épisode que nous avons décidé de franchir le pas et nous constituer en association. Et pour répondre au feuilleton marseillais réalisé dans les studios de la Belle de Mai (Plus belle la vie) qui donnait une image soporifique et carton pâte de Marseille, nous avons dénommé notre association : « plus belles Les LUTTES ». Histoire de ramener à la vraie vie, à celle des travailleurs qui luttent quotidiennement pour sauvegarder leur emploi, améliorer leurs conditions de travail, le contenu de leur assiette… Et nous en sommes au 10 janvier 2016 à notre 202e épisode… Le temps passe…

 

Depuis, nous avons suivi les postiers de Marseille 02, les travailleurs du GCM, de Netcacao, d’Azur Chimie à Port-de-Bouc, de la réparation navale marseillaise, de Fralib, de Kem One, de la SNCM, de Shell Berre puis LyondellBasell Berre, d’ArcelorMittal Fos-sur-Mer, de TOTAL La Mède, d’Inéos Lavéra, de Naphtachimie, des Moulins Maurel, du GPMM, des dockers de Marseille et Fos, d’Eiffage Fos-sur-Mer, d’Air France Marseille, de Nexcis, de la FILPAC Vitrolles, de la SAAD, de la centrale de Gardanne, de Saint-Louis sucre, d’ERDF-GRDF, de la CCAS Marseille, de Kernéos Port-de-Bouc, de Casino Port St Louis, d’Arkéma Saint Auban et Saint-Fons, de Sanofi Montpellier, des exPilpa (la Belle Aude), de Véninov à Vénissieux, des métallos belges et luxembourgeois, des cheminots marseillais, des usagers de la CAF, des territoriaux de Martigues, Fos-sur-Mer, Istres, des hospitaliers de Martigues, du Comité chômeurs, des journalistes de Nice Matin et de La Marseillaise…

 

Des centaines d’heures de vidéo, archivées précieusement par notre partenaire Ciné-Archives. Des centaines d’heures de mémoire ouvrière, de luttes sociales, de rencontres, de témoignages, de rires et de pleurs, de colère et de confidences. Des centaines heures de belles âmes, qui font l’honneur de notre République.

 

224 épisodes dédiés aux luttes, à l’expression des travailleurs dans toute leur diversité. Plus belles Les LUTTES, donne la parole à celles et ceux qui se battent, luttent, proposent, inventent, innovent pour pérenniser ici et ailleurs une industrie et une économie au service du bien commun.

 

Depuis notre équipe a été rejointe par Anne-Laure, Alain, Philippe, et Clemente, qui gèrent administrativement notre association, nous permettant de nous consacrer pleinement aux trois tâches que l’association s’est astreinte :

● Populariser les luttes sociales dans les Bouches-du-Rhône et dans tout le pays

● Travailler autour de la mémoire ouvrière et industrielle

● Aider les syndicats, les fédérations, les UD dans leur démarche de communication, ou sur des événements petits ou grands.

 

L’équipe de Plus belles Les LUTTES

ADHéSION 

loi travail

quelle   connerie

RELAXE POUR LES GOODYEAR

    La chronique hebdomadaire du lundi. A partir d'un mot, une disgression autour de ce mot à la fois sociale, économique et politique. Arrêtons de nous laisser abuser par la pensée dominante et reprenons le pouvoir des mots et leur vraie signification. Et c'est plus facile quand on est sur le divan. Et cette semaine nous évoquons le mot : Conquêtes. Comme conquêtes sociales. Une chronique un peu différente puisque nous nous sommes rendus sur le barrage du DPF (Dépôt pétrolier de Fos) pour faire cette chronique sur les conquêtes. Pour dire tout simplement que la lutte a toujours amené les gouvernements à céder et à mettre en place sous l'impulsion du mouvement social de meilleures garanties sociales pour le peuple de France.